Association Fort de La Crèche

Bienvenue sur le site de l’AFLC

Accueil > Histoire > The Queen’s Own Rifles of Canada

The Queen’s Own Rifles of Canada

par Jean-Paul

Le régiment des fusiliers de la Reine a été constitué le 26 avril 1860, en tant que second bataillon de la milice des fusiliers volontaires du Canada. L’insigne de béret porte en souvenir ce numéro 2. En 1863 le nom du régiment devint « le second bataillon des fusiliers de la Reine de Toronto » pour devenir en 1882 le « second bataillon des fusiliers de la Reine du Canada »

Après avoir participé à l’histoire interne du Canada, c’est lors de la seconde guerre des Boers en Afrique du Sud -1899-1900- que le régiment servit outre mer pour la première fois.

Lorsque la première guerre mondiale éclata, en août 1914, le Canada réagit en créant la force expéditionnaire canadienne. Le régiment fournit l’essentiel du 3ème bataillon de la CEF -canadian expedionnary force-, intégré au sein du régiment de Toronto.

Le 3ème bataillon combattit glorieusement en France et en Belgique, de Amiens à Langemark - Nord-Est d’Ypres- 7 562 hommes du rang, sous officiers et officiers du Queen’s own ont alors servi ; 1 254 d’entre eux sont morts au feu, de leurs blessures ou d’autres causes.

Le régiment de Toronto a été officiellement créé le 1er mai 1920 et le bataillon devint alors le « The Queen’s Own Rifles of Canada »".

Le 24 mai 1940, le Queen’s own est mobilisé pour la défense des provinces de Terre-Neuve et du nouveau Brunswick, sur la façade atlantique.

Par la suite, en juillet 1941, le régiment est cantonné en Angleterre, en tant qu’élément de la 8ème brigade d’infanterie de la 3ème division d’infanterie canadienne.

Le 6 juin 1944, à 08h12, le régiment débarque à Bernières-sur-mer.

Les combats conduisent le régiment vers le Nord, à travers la Normandie et le littoral nord de la France, libérant les ports majeurs de la Manche, dont Boulogne sur mer. Le régiment poursuit vers les Pays-Bas ses difficiles et couteux combats. En février le régiment entre en Allemagne poussant son effort vers la Hochwald et Trèves.

Le dernier combat eut lieu le 4 mai à 12h00 quand la compagnie C pris d’assaut le Carrefour de Ostersander. Le combat cessa à 15h00 lorsque l’ordre fut donné de ne plus tirer sauf en cas de réplique de l’ennemi. Le cessez-le-feu officiel fut proclamé le 5 mai 1945 à 08h00.

Le bataillon défila jusque l’église de Mitte Grossefehn. Le Major H.E. Dalton, commandant en exercice s’adressa à ses hommes dont 393 furent tués au feu et 873 furent blessés, la plus part à plusieurs reprises.

Au 1er janvier 1983, le QOR reçoit la responsabilité d’armer un peloton parachutiste. En septembre de l’année suivante, ce sont deux pelotons et une compagnie de commandement que doit armer le QOR. Depuis la dissolution du régiment parachutiste canadien, cette unité supporte le centre canadien de parachutisme de Trenton dans la province d’Ontario.

Sources : http://www.qor.com/history/history.html