Association Fort de La Crèche

Bienvenue sur le site de l’AFLC

Accueil > Histoire > Le contre-torpilleur Chacal

Le contre-torpilleur Chacal

par Stéphane

Le 28 mars 1922, la Chambre des députés adopte le programme naval qui contient, entre autre, la construction de 6 contre-torpilleurs de 2400 tonnes : Le Chacal, le Jaguar, la Panthère, le Léopard, le Lynx et le Tigre.
La construction du Chacal commence le 18 septembre 1923 à Penhoët. Il sera lancé le 27 septembre 1924 et entrera en armement définitif le 1er mai 1926.
Jusqu’en 1940, le Chacal effectuera différentes campagnes en compagnie des autres contre-torpilleurs de classe Jaguar.

Contre-torpilleur Chacal
Longueur : 126,80 m
Maître-bau : 11,10 m
Tirant d’eau : 4,1 m
Déplacement : 2 150 t
Propulsion : 5 chaudières du Temple, 2 turbines à engrenages Breguet
Puissance : 50 000 cv
Vitesse : 35 nœuds

Le 21 mai 1940, la deuxième division de contre-torpilleurs (2° D.C.T) composée du Jaguar, du Léopard et du Chacal, mise à disposition de l’Amiral Nord, arrive à Cherbourg dans la nuit. Chaque navire reçoit la mission d’acheminer du matériel et des équipes de démolition, le Jaguar pour Dunkerque, le Chacal pour Calais et le Léopard pour Boulogne. Ces équipes ont pour objectif la démolition des installations portuaires avant l’arrivée des Allemands dont l’offensive est imminente.

Le 22 mai 1940, le Jaguar est coulé en arrivant à Dunkerque par des vedettes rapides et est échoué devant Malo-les-Bains pour éviter qu’il ne coule et n’encombre le port. Le matériel de démolition est récupéré.

Le 23 mai 1940, après avoir déchargé son matériel à Calais, le Chacal reçoit l’ordre de faire route et de rallier le Léopard qui vient aussi d’accomplir sa mission à Boulogne sous les bombardements. Les deux contre-torpilleurs reçoivent l’ordre de tirer sur les colonnes allemandes qui investissent les positions françaises dont le fort d’Alprech, la tour d’Odre et le fort de la Crèche.

Le 24 mai 1940, le Chacal et le Léopard sont attaqués par des bombardiers devant le cap d’Alprech (au sud de Boulogne). Le Chacal est touché et l’équipage abandonne le navire. Le Léopard est obligé de s’éloigner. Le Messidor récupère 167 hommes, l’Arras 26 et 27 hommes évacuent sur des radeaux de fortune, 22 d’entre eux toucheront terre près du Gris-Nez, 5 épuisés lâcheront leur radeau. Le Léopard rallie Cherbourg.

L’épave du Chacal s’échoue devant les dunes de Slack où durant une trentaine d’année, on pourra apercevoir ses superstructures à marée basse. L’épave a été démantelée dans les années 70. Un de ses canons a séjourné sur un quai du port de Boulogne jusqu’en 2004. L’AFLC l’a alors récupéré pour le sauver du ferraillage. En mai 2012, le canon a été posé sur son emplacement définitif et une plaque en hommage aux marins boulonnais disparus pendant la bataille de Boulogne a été inaugurée en présence des équipages du Lion, du Jaguar et du Lynx.

Le mémorial aux marins tombés lors de la bataille de Boulogne