Association Fort de La Crèche

Bienvenue sur le site de l’AFLC

Accueil > La mémoire > 2GM : Témoignage du fils du capitaine Baugh

2GM : Témoignage du fils du capitaine Baugh

“Sur votre website dans l’histoire du Fort de la Creche pendant la Guerre Seconde Mondiale il dit :”

« "Le 21 septembre, le Queen’s own Rifles et la Chaudière prennent les positions bétonnées situées autour de la Colonne de la Grande Armée et s’approchent de la Crèche par Terlincthun. Les Allemands résistent et les Canadiens demandent l’intervention de l’aviation. Dans l’après-midi une escadre de la Royal Air Force traverse la Manche et déverse ses roquettes sur le Fort. Les deux régiments s’emparent alors d’un canon anti-aérien intact et le retourne contre les casemates du Fort encore tenu par les Allemands. Les combats se poursuivent jusqu’au lendemain appuyés par l’arrivée de chars Sherman."

L’homme qui a retourne le canon contre le fort était mon père Capitaine Baugh. »

“Voici une histoire brève de La Régiment de mon père (13 th Field Regiment Royal Canadian Artillery)” :

« La Compagnie du Queen’s Own a maintenant tourné vers Fort de la Crèche pour assister le Régiment de La Chaudière. Capt. Baugh, Officier d’Observation Avancé de partie de Baker Troop, occupe un Post d’Observation en avant de son infanterie au flanc à un point renforcie d’un groupe de canons ennemis à une distance d’environ 300 mètres. Bientôt il est repéré et l’ennemis tante de le déloger de son Poste D’observation. Tout de même, Capt. Baugh aillant de grandes compétences fait descendre de l’artillerie moyenne et de champs sur les canons ennemis et réussi à mettre hors de combat quatre 88mm et deux Anti Avion. Cette nuit, Capt. Baugh retourne aux Queen’s Own possédant une image complète du terrain et des défenses qui oppose leur avance. Il est aussi instrumental pour aider dans la planification de l’attaque du lendemain. Avant que l’attaque commence le matin, Capt. Baugh prend commande d’un groupe d’infanterie armer d’arme Bren et se positionne à proximité de son Poste d’Observation. Tout au long de l’attaque, il dirigé le feu de son groupe contre les équipages des canons qui reste. Par l’efficacité de ce feu, et le feu de soutien d’artillerie, dont il a également commandé, la compagnie attaquante de Queen’s Own ont atteint leur objectif et capture le restant des canons. En fin de journée, Capt. Baugh avec son signaleur, Gnr Perkins, charge un projectile dans un des canon capturer et mis un tour d’essai dans la mer, ensuite, il tourne le canon en direction du fort et se met à tirer dans le fort lui-même à bout portant.

Le lendemain, le Régiment Chaudière capture le monument qui leur avait donné tant de mal. Après l’attaque, Lieutenant Hogg remplace Capt. Bennet pour une cause de difficulté de la part de Capt. Bennet. À la fin de la journée, Wimereux est capturer par les North Shores et Fort de la Crèche par le Queens Own. Ceci mis fin à la défense de Boulogne au nord de la rivière Laine.

À 17 heures10, l’ordre de "cesser feu" est communiquer au batterie. Les actions de Capt. Baugh pendant cette attaque a sensiblement contribué à sauver de nombreuses vies et a aidé capturer e de Fort la Crèche de façon rapide. Pour ses travaux, il a été décoré avec la Croix Militaire. »

Archives capt Don Baugh

Traduction des archives par Jean-Paul

Royal Canadian Artillery Brigade - 3ème division d’infanterie canadienne - 2ème corps canadien - Unité 13ème régiment canadien RCA

Matricule et rang : capitaine
Nom : Rupert Don BAUGH

Lors de l’opération de capture de BOULOGNE conduite par la 3éme Division d’infanterie canadienne, 17-22 septembre, le capitaine BAUGH, agissant en tant qu’officier d’artillerie observateur de l’avant attaché au QOR of Canada. Tout au long des 5 jours de l’opération cet officier établi continuellement des postes d’observation en avant des éléments de tête du QOR et était en charge du pointage effectif et précis des tirs sur les points d’appuis ennemis qui gênaient l’avance.
En particulier durant l’après midi du 20 septembre l’avance du QOR et du régiment de la Chaudière sur leur droite fut tenu en échec par des armes de petit calibre, artillerie anti-aérienne et canon de 88 mm depuis un fort point d’appui ennemi très bien organisé.
Le capitaine BAUGHT se porta volontaire pour s’approcher seul et à pied et établi un point d’observation en arrière de ce point d’appui en vue de détruire les pièces ennemies. Il occupa et resta à son poste sous le feu ennemi constant jusqu’à la nuit noire.
Il fut capable de diriger les feux de l’artillerie de l’avant qui mirent hors de service quatre pièces de 88 mm et deux canons anti-aériens. Avant l’attaque de la position, le matin suivant le capitaine BAUGH pris le commandement d’un groupe de 7 fusils mitrailleurs Bren qu’il positionna à proximité de son point d’observation. Tout au long de l’attaque qui suivi, il dirigea les feux de son groupe contre les servants des canons ennemis encore en place. Par l’efficacité de ces feux le groupe d’assaut du QOR fut capable de d’atteindre son objectif et de capturer les pièces restantes. Comme résultat de cette action particulière, l’attaque du FORT DE LA CRECHE qui mit finaux combats de la garnison de BOULOGNE au Nord de la LIANE put être conduite le lendemain matin sans être l’objet d’aucun tir de flanquement.
Tout au long de l’opération, le froid courage et l’initiative du capitaine BAUGH, exposé lourdement aux tirs dans son point d’observation, situé loin devant nos propres troupes, furent essentiels au succès de l’opération.
Recommandé pour la MC (Military Cross) avec remise immédiate par :

  • FD LACE lieutenant-colonel commandant le 13éme régiment d’artillerie du Canada,
  • PAS TODD brigadier commandant la 3éme division,
  • C FOULKES major général commandant le 2éme corps canadien,
  • G.G. SIMMONDS lieutenant-général 1ére armée canadienne

Signé B.L.MONTGOMERY
field-marshall
Commandant en chef
21ème groupe d’armées.

Note de Jean-Paul :

  • La Military Cross (MC) est la troisième plus haute décoration militaire décernée aux officiers des forces terrestres de la British Army et aux officiers des autres pays du Commonwealth.
  • Observateur de l’avant : Les batteries d’artillerie tirant depuis l’arrière du front - de 2 à 10 km voir plus - il est nécessaire pour ajuster les tirs d’obtenir des renseignements sur la précision de ceux-ci. Les observateurs de l’avant sont des spécialistes accompagnant les mouvements des forces de l’avant au plus prés de la ligne de contact et chargés de reporter les coordonnées des impacts et tous éléments utiles aux réglages des feux.