Association Fort de La Crèche

Bienvenue sur le site de l’AFLC

Accueil > La mémoire > Des amis canadiens, anglais et australiens au fort de la Crèche

Des amis canadiens, anglais et australiens au fort de la Crèche

Nos amis canadiens, anglais et australiens, les réprésentants de la Marine nationale et Capucine

Ce mercredi 17 septembre, en présence de représentants de la Marine nationale et de Gervais Lajoie, ancien commandant du régiment canadien de La Chaudière, les membres de l’association Fort de la Crèche ont eu l’honneur et le plaisir d’accueillir trois familles dont des proches ont participé à la libération du fort de la Crèche et du Boulonnais, il y a tout juste 70 ans.
Au cours d’une cérémonie amicale, le président a tenu tout d’abord à rendre hommage à Guy Bataille, historien reconnu dans la région qui nous a quitté au début de l’été. Il était l’un des trois membres fondateurs de l’association. Sans son soutien, l’association n’aurait pas vu le jour et cette rencontre n’aurait pas eu lieu.
Le président a ensuite rendu hommage aux proches de nos invités présents à nos côtés durant les deux guerres mondiales.

  • Jeffrey Matthews Kernot, australien, âgé de 18 ans lors de la Première Guerre mondiale a été blessé le 4 août 1916 à la bataille de Pozières (Somme). Il a été amené en train ambulance à Wimereux le 8 août avant d’être embarqué à Boulogne pour Colchester, en Angleterre, le 10 août 1916.
  • Don Baugh, officier d’artillerie canadien, a participé à la libération du fort en septembre 1944. Il a été décoré de la Military Cross pour sa bravoure tout au long du combat. L’efficacité de son action avait permis au groupe d’assaut du Queen’s Own of Rifles of Canada d’atteindre son objectif et de capturer les pièces restantes. L’attaque du fort de la Crèche a pu être conduite le lendemain matin sans être l’objet d’aucun tir de flanquement, préservant ainsi de nombreuses vies.
  • Enfin, il a salué la présence de l’australienne, Mme Kernot et des anglais David et Richard Tanner dont les pères étaient membres de l’équipage du bombardier Lancaster abattu lors des bombardements du 17 septembre 1944 pour réduire l’artillerie du Mont Lambert.

Le président a ensuite rappelé les événements qui ont permis la libération du fort et du Boulonnais en septembre 1944.
Des fleurs, en signe de reconnaissance et d’amitié, ont été déposées devant la plaque commémorative aux Canadiens par Capucine, la plus jeune participante à cette cérémonie. La transmission de la mémoire n’est pas un vain mot.

Portfolio