Association Fort de La Crèche

Bienvenue sur le site de l’AFLC

Accueil > Les chantiers > Premier chantier international et intergénérationnel au fort

Premier chantier international et intergénérationnel au fort

Muriel (AFLC) et l’équipe Concordia prête à commencer le chantier !

Du 16 au 30 août 2017 s’est tenu au fort un septième chantier international en partenariat avec l’association Concordia. Cette année il a pris un nouveau virage car non seulement il était international mais il était également le premier chantier intergénérationnel. Les jeunes bénévoles de l’Association Concordia, venant de la République Tchèque, d’Allemagne, du Pakistan, de la Côte d’Ivoire, de Syrie, d’Italie, d’Autriche et de France (Toulouse et Paris) ont fait équipe à part entière avec les seniors de l’Association Fort de la Crèche. Ensemble, ils ont mené différents travaux visant à améliorer l’accessibilité du site.

Le chantier.

Un accueil journalier a été mis en place par l’équipe bricofort. Ce moment matinal a permis de faire connaissance avec les jeunes, de régler les éventuels petits problèmes du quotidien et d’expliquer l’importance de ce chantier pour l’association. Leur mission : le déblaiement, avec les séniors, d’une ancienne piste bétonnée qui supportait des rails Decauville.

Un début difficile.

Les trois premiers jours se sont déroulés sous la pluie. Damée par les années et très sèche, malgré le temps humide, il s’est avéré difficile d’extraire la terre de cette piste. De plus, l’évacuation des terres devait se faire à la brouette et à près de 100 mètres de là. Les jeunes vont cependant travailler sans relâche.

Un chantier mené à bien et même plus.

L’objectif principal était le dégagement de la piste Decauville et de ses murets, derrière le casernement de 1879. Les bénévoles ont travaillé jusqu’au mercredi 14h30 pour atteindre cet objectif. Puis, à la demande des séniors, une répartition spontanée en plusieurs groupes a rendu possible l’accomplissement d’autres missions comme le nettoyage de la plate-forme de 1879, le désherbage des escaliers du toit du casernement 1879, le désherbage des escaliers et la terrasse derrière le groupe Aster, le dégagement du prolongement de la piste Decauville vers la place d’Armes, l’aide au prolongement du dégagement de l’escalier au nord du site et enfin, le désherbage de la descente pavée.

Un bilan positif.

Pour la première fois, toute une équipe de séniors de l’AFLC a travaillé avec les jeunes de l’association Concordia. Il était donc important de connaître leur ressenti.

Ils ne savaient pas que le chantier serait rude, mais aucune plainte n’a été émise. Ils jugent leur travail gratifiant. Ils ont apprécié la présence constante des seniors qui pour eux a été très motivante. Ils ont beaucoup aimé travailler en groupe, ce qui leur a permis de se connaître entre eux et de construire une belle entente.
À la question : « Reviendriez-vous travailler au fort ? », unanimement la réponse a été « oui ».

Quant à l’équipe bricofort qui s’est mobilisée sur la durée du chantier, elle a apprécié travailler et échanger avec ces jeunes. Ils ont été courageux, volontaires et respectueux. Le fait d’avoir débuté le chantier par ce gros terrassement et avoir travaillé tous ensemble sur un même objectif a permis d’établir une cohésion parfaite du groupe et une grande solidarité entre jeunes et séniors, ce qui a abouti à ces résultats sur le terrain.
Le total d’heures effectuées lors de ce septième chantier est de 612 heures sur 8 jours de travail effectif.

Retour sur les interviews des jeunes.

Nikola vient de Prague (République Tchèque).
Elle est âgée de 23 ans et est étudiante en 3ème année de psychologie. Elle a déjà participé à un chantier en Pologne en tant qu’accompagnatrice de jeunes en difficultés avec la drogue. Son message : " tout le monde devrait essayer au moins une fois d’ être volontaire dans ce genre de chantier de bénévoles "
Hadi est Syrien et Allemand.
Il vit à Nuremberg en Bavière. Il est âgé de 27 ans. Il est ingénieur informaticien. Il a choisi de participer au chantier car très sensibilisé à l’histoire de la guerre 39/45, au lieu de mémoire qu’il faut entretenir. Son message : Aider les nationalités à reconstruire la mémoire de leur Histoire et un jour venir faire la même chose en Syrie.
Magdalena vient de Prague
Elle a 29 ans. Elle est coordinatrice de bénévoles dans le travail social. Le service où elle travaille s’occupe de jeunes âgés de 13 à 31 ans en situation précaire. Elle connaît bien en tant que professionnel l’organisation des chantiers mais cette fois elle a voulu y participer en tant que membre bénévole. Son message : " C’est essentiel de faire quelque chose ensemble et de rencontrer de nouvelles personnes "
Agnès est française
Agnès a 25 ans. Elle est greffière à Toulouse. C’est son 6ème chantier. Elle a participé à la restauration d’un château puis d’un moulin dans le sud de la France, d’une citadelle en Espagne, d’une maison et d’un pont en Italie. Pour parfaire son anglais elle suit régulièrement des cours d’anglais en Angleterre et d’ailleurs ici elle nous sert d’interprète. Son message : C’est ici un beau chantier car il rassemble en un même lieu historique de guerre, des français et des allemands et les autres nationalités alliées. C’est un symbole. On se sent utile et là c’est pour passer du bon temps.
Michal vient de Prague.
Il a 21 ans. Il est étudiant en anglais avant d’entrer en formation en psychologie. C’est son premier chantier. Il souhaite renforcer son projet universitaire par une expérience faite d’échanges, du sens donné à l’expression "se rendre utile " de partager dans l’effort manuel. Son message : Il encourage les plus jeunes à faire cette même expérience.
Aleksandra vient de Prague.
Elle a 20 ans. Elle est en 3ème année de travail social pour devenir thérapeute. Elle donne de son temps auprès des personnes à mobilité réduite. C’est son premier chantier. Elle est persuadée qu’il faut savoir protéger et restaurer les lieux de mémoire ici mais aussi dans tous les pays. C’est à faire ensemble. Son message : Quand tu aides, un jour les autres viendront t’aider.
Ali est pakistanais.
Il a 17 ans et vit en France depuis un an et demi. Il prépare un CAP en plomberie. C’est son premier chantier. Il aime le travail manuel et est fier de participer à la conservation d’un lieu d’histoire. Sa famille est loin de lui et il apprécie d’être en équipe.
Il a appris le français en une année et parle anglais. Il nous sert d’interprète. Son message : rester toujours heureux là où on est, avec les personnes avec qui on est aujourd’hui et même s’ils sont loin respecter toujours ses parents.
Georg vient d’Allemagne.
Il est âgé de 21 ans. Il vient d’un petit village allemand ( Emmerich). Il est étudiant à Bonn en 3 ème année d’économie et droit. Il souhaite ensuite intégrer une Institution Européenne. C’est son premier chantier. Sa motivation est de participer à la conservation des sites historiques. Il voit pour la 1 ère fois un Blockhaus et pénètre dans le casernement allemand en avouant ressentir un sentiment étrange. C’est une rencontre avec son histoire. Il effleure les murs, cherche à déchiffrer les inscriptions ..."objet inanimé avez vous donc une âme" Son message : Il ne faut pas oublier l’Histoire. Il faut en retenir les leçons pour que cela ne se reproduise plus
Janne vient de Hanovre (Allemagne)
Janne vient de Hanovre ( Allemagne). Elle a 18 ans. En attendant de démarrer des études en psychologie, elle veut profiter d’une année sabbatique pour travailler, voyager, échanger. C’est ce que lui apporte ce premier chantier où elle apprécie par exemple de rencontrer pour la première fois des Tchèques. Elle se rend compte que l’effort nécessaire à la participation des travaux se fait au fur et à mesure et elle est fière de pouvoir y contribuer. Elle pense déjà que dans quelques jours ce chantier et les personnes qui le composent vont lui manquer. Son message : il ne faut pas rater de telles opportunités. C’est une si belle occasion de travailler ensemble.
Rebekka vient de Prague (Rrépublique tchèque).
Rebekka vient de Prague (République tchèque). Pour faire ce petit reportage nous avons mis en place une liaison de traduction car Rebekka ne parle que le tchèque. Magdalena a traduit en anglais et Agnès en français.... Rebekka a 18 ans. Elle est étudiante en 2ème année " Etude des composants alimentaires" pour travailler par la suite en laboratoire. C’est son premier chantier et premier contact avec la France. Elle se sent un peu déconcertée par le travail de chantier " un peu rude et si peu féminin" et sans doute loin de ses éprouvettes, mais tout est rattrapé par les échanges culturels et le bel environnement. Son message : Il faut apprendre l’anglais cela ne peut qu’améliorer les échanges.
Sébastien est français.
Sébastien a 21 ans. Il vient de la région parisienne. Il vient de terminer un BTS de comptabilité. Il s’est inscrit à Concordia pour changer un peu ses habitudes, manipuler la pelle plutôt que ses stylos. Il apprécie la vie en équipe et la simplicité d’un séjour en camping. Il a déjà participer à 5 chantiers (taille de pierres dans les Yvelines et dans l’est). Ce chantier est une bonne expérience.
Son message : Etre motivé est essentiel. Trouver des traductions et des interprétations dans les mots des différentes langues est un bon support.
Les animateurs Concordia : Michaela et Gianluca
Michaela a 23 ans. Elle est autrichienne. Enseignante en échec, elle démarrera prochainement une formation en Histoire de l’Art. Elle a participé à plusieurs chantiers Concordia en tant que membre du groupe (Restauration de voûtes et caves en Picardie et de murs à Chantilly). Elle estime que la communication est essentielle et qu’il faut savoir trouver des compromis dans les situations. Elle "rêve" d’une langue commune internationale.
Gianluca a 27 ans. Il est italien. Il vient de terminer une licence d’Histoire. Il a fait plusieurs chantiers internationaux (Allemagne - Palestine). Les chantiers sont pour lui des moyens de communiquer et découvrir. Ce sont des opportunités qu’il faut saisir.
Leur message : Il faut chercher l’intégration entre les participants à un chantier, chercher du lien et de la cohésion et en tant qu’animateurs, se remettre en cause et dépasser ses difficultés, ses limites pour continuer toujours à progresser.

Voir le chantier Concordia précédent

Portfolio