Association Fort de La Crèche

Bienvenue sur le site de l’AFLC

Accueil > Environnement > Flore au fort

Flore au fort

par Sylvie

Le périmètre immédiat autour du fort est beaucoup moins riche en flore que l’extrémité de la Pointe de la Crèche balayée par le vent et les embruns, car son sol a été labouré par les bombes puis par l’accumulation de gravats… Cependant la nature n’aimant pas le vide, elle a finalement repris le dessus ! Mais comme ce sont souvent les espèces les plus banales ou les plus fortes qui réapparaissent les premières, menaçant les plus rares et les plus fragiles, on trouve au fort de nombreuses orties et chardons, espèces dites rudérales, typiques des milieux perturbés par l’activité humaine.
Nous devons aussi lutter contre l’envahissante renouée du Japon. Plante qui aurait été importée dans la région pour nourrir les chevaux de Napoléon III, qui à l’instar de son oncle Napoléon 1er avait organisé un second camp de Boulogne, non pour envahir l’Angleterre cette fois, mais pour préparer avec elle, la guerre de Crimée… mais nous avons aussi deux orchidées : l’ophrys abeille et l’orchis militaris, et quelques plantes moins rares mais propres à la frange littorale.
Voici en photos, quelques merveilles vues au fort.

Ophrys abeille. (Ophrys apifera. Orchidacées)
Ophrys apifera. Orchidacées. Photographiée au fort le 9 juin 2004
Cette orchidée est remarquable de finesse. On pourrait penser que ses pétales qui imitent à la perfection une abeille en vol, servent à les attirer pour favoriser leur fécondation… Mais il n’en est rien, car l’ophrys abeille n’a pas besoin d’être fécondée pour produire des graines même si son label simulant une abeille peut faciliter la pollinisation ! Hélas, nous ne la voyons pas tous les ans au fort car elle ne fleurit pas chaque année !
C’est une fleur à protéger : ça tombe bien, au fort on ne cueille pas on admire ou on observe !
Un nom prédestiné pour cette orchidée que nous trouvons dans la partie pâturée par les chevaux, située entre le fort et la route. Elle est plus courante que l’ophrys abeille et pousse souvent en touffe. Plus grosse, elle est visible de loin.
C’est une fleur à protéger : ça tombe bien, au fort on ne cueille pas on admire ou on observe !
Orchis militaris. (Orchidacées)
Orchis militaris. Orchidacées Photographiée au fort le 6 juin 2004
Primevère officinale ou coucou (pimula veris. Primulacées.)
Primevère officinale ou coucou (pimula veris. Primulacées.)
Photographiée au fort le 22 avril 2009
Elle parsème le sol de ses teintes jaunes au début du printemps. C’est une fleur odorante aux vertus médicinales reconnues trop souvent cueillie pour le simple plaisir des promeneurs.
C’est une fleur à protéger : ça tombe bien, au fort on ne cueille pas on admire ou on observe !
Appelé parfois " claquet " c’est une fleur résistante au vent qui s’épanouit de mai à septembre. Après la floraison, le calice en forme de petite bourse (renflé en vessie) reste fixé sur sa tige et le vent secoue les graines à l’intérieur.
Silène enflé (silene vulgaris. Caryophyllacées.)
Silène enflé (silene vulgaris. Caryophyllacées.) Photographiée au fort le 18 mai 2009
Silène maritime ou silène à une fleur (silene maritima. Caryophyllacées.)
Silène maritime ou silène à une fleur (silene maritima. Caryophyllacées. Photographiée au fort le 18 mai 2009.
Elle fleurit d’avril à août et se plaît particulièrement sur les rochers, le sable maritime, les corniches exposées aux embruns.
  • 450 fleurs, les indispensables Delachaux. Edition française Delachaux et Niestlé. Avril 2008
  • Gros plan sur les fleurs. Les guides Nathan. Fernand Nathan éditeur. Janvier 2009
  • Faune et flore du littoral boulonnais, la Pointe de la Crèche, Hubert Brabant -Quatre fort pour un port.
  • http://plantes.sauvages.free.fr