Association Fort de La Crèche

Bienvenue sur le site de l’AFLC

Accueil > Histoire > Le prix de la guerre de 1870

Le prix de la guerre de 1870

par Jean-Paul

D’après La Nature - Deuxième semestre 1896 - article signé Henri COUPIN.
D’après le Dr Jules ROCHARD, en France, les pertes subies par l’armée française sont les suivantes :

  • Morts en France de blessures : 80 000 hommes
  • Morts en France de maladies, accidents, suicides, etc. : 36 000 hommes
  • Morts en Allemagne, prisonniers : 20 000 hommes
  • TOTAL DES MORTS : 136 000 hommes
  • Blessés sur les champs de bataille qui ont survécu : 138 000 hommes
  • Blessés lors des marches, accidentellement, contusionnés… : 14 421 hommes
  • Malades de maladies communes, d’exténuation, de froid… : 328 421 hommes
  • TOTAL DES BLESSES : 477 421 hommes

Le nombre des Français morts de blessures serait de 133 000 d’après le Dr PUGET et de 138 871 selon le Dr CHEAU.
En Allemagne, d’après les rapports officiels de l’état major de Berlin, 40 877 Allemands sont morts, dont 17 255 sur les champs de bataille et 21 023 dans les ambulances. 18 545 hommes ont été blessés, mais ont survécu.

Les chiffres ne sont pas moins édifiants sur ce qui concerne les capitaux.
Les pertes subies par la France sont les suivantes, d’après M. BODEF, ancien ministre des finances :

  • Dépendes militaires : 2 386 412 558 F
  • Sommes payées à l’Allemagne : 5 742 938 814 F
  • Emprunts et primes : 1 156 327 955 F
  • Travaux publics occasionnés par la guerre : 207 239 800 F
  • Indemnités payées par l’Etat aux départements et aux particuliers : 604 622 425 F
  • Pertes subies par l’Etat : 2 033 939 000 F
  • Dommages subies par les communes et non remboursées par l’Etat : 555 007 000 F
  • TOTAL : 12 666 487 552 F

Et dans ce chiffre ne sont pas comptées les pertes résultant de l’arrêt de production, de la perte du capital " homme " et de l’incapacité de travail des blessés ou malades ! En ce qui concerne les pertes pécuniaires subies par l’Allemagne, on est loin d’être d’accord ; d’après M. BLENCH, elles seraient inférieures aux 5 milliards versés. Pour M. MEITZEN au contraire, les frais auraient dépassé les 8 milliards. Et tout cela, pourquoi faire ?