Association Fort de La Crèche

Bienvenue sur le site de l’AFLC

Accueil > Le fort

Le fort

De la pierre au béton :
constructions de 1879, 1936 et 1942

Le « Fort de la Crèche » est une batterie côtière bâtie en amont de la pointe de la Crèche, qui surplombe à 75 m de hauteur, la baie Saint-Jean avec au sud, le port de Boulogne et au nord, la station balnéaire de Wimereux.
Sa mission était la défense du port de Boulogne : elle surveillait toute la partie du Détroit du Pas-de-Calais depuis le cap Gris-Nez jusqu’au cap d’Alprech. Ses canons ne pouvaient pas atteindre l’Angleterre dont on peut néanmoins apercevoir les côtes les jours de bonne visibilité.

Les grandes étapes de son histoire :

1803  : Napoléon fait construire le fort de la Crèche en mer, à l’identique et en même temps que le fort de l’Heurt au Portel.

1806-1808 : Napoléon fait construire le fort de Terlincthun qui ne devait être qu’une levée de terre ceinturée d’un mur de pierres.

1879  : Le général Séré de Rivières, le Vauban du XIXème siècle, achève la construction de la batterie de côte de la Crèche entourée d’un mur d’enceinte.

1914-1918 : Loin de la ligne de front, le port de Boulogne joue néanmoins un rôle important dans les relations franco-britanniques pour le transit des hommes et du matériel. De nombreux hôtels de Boulogne et Wimereux sont transformés en hôpitaux et des camps sanitaires créés. Des exercices de tirs se déroulent à la Crèche jusqu’en 1917.

1919-1940 : Les français modernisent la batterie de la Crèche. Ils installent quatre nouveaux canons dans des encuvements qui nécessitent la percée côté ouest du mur d’enceinte de 1879 et le comblement du fossé.
Ils construisent ensuite de nouvelles soutes à munitions en arrière des encuvements et une usine pour abriter un groupe électrogène (à côté de la soute à munition de 1879).

1940-1944 : Les allemands construisent quatre blockhaus de casernement (à côté des encuvements français) puis démontent trois des quatre canons et construisent légèrement en arrière des casemates pour abriter de nouveaux canons. Ces casemates englobent les soutes à munitions françaises. La batterie côtière de la Crèche est intégrée au Mur de l’Atlantique.